Dicoplus le dictionnaire où tous les mots sont cliquables

Définition(s) du mot Abattre

Mots en rapport : Abattement Abatteur Abattoir Abattures
v. a.
  (Il se conjugue comme Battre.) Mettre à bas, renverser à terre, faire tomber. Abattre des maisons, des murailles. Abattre des arbres. Abattre par le pied. Les grands vents abattirent bien des chênes dans la forêt. Il a fait abattre, il a abattu son bois de haute futaie. Il le prit rudement au collet, et l'abattit sous lui. Il lui abattit la tête de dessus les épaules. Il lui abattit le bras d'un coup de sabre. Ce cheval est fougueux, on est contraint de l'abattre pour le ferrer. Ces moissonneurs abattent tant d'arpents de blé en un jour. Abattre des quilles. La pluie abat la poussière.
  En termes de Marine, Abattre un navire, l'abattre en carène, Le mettre sur le côté, pour travailler à la carène, ou à quelque autre partie qui est ordinairement submergée.
  Au Jeu de trictrac, Abattre du bois, Jouer beaucoup de dames de la pile, afin de caser plus aisément. Il se dit aussi au Jeu de quilles, et signifie, Abattre bien des quilles.
  Fig. et fam., Abattre bien du bois, Expédier beaucoup d'affaires en peu de temps. On dit de même, Abattre de la besogne.
  Aux Jeux de cartes, Abattre son jeu, Le mettre sur la table pour le montrer. On dit quelquefois absolument, Abattre.
  Prov., Petite pluie abat grand vent, Ordinairement, quand il vient à pleuvoir, le vent s'apaise. Cette phrase signifie figurément, Peu de chose suffit quelquefois pour calmer une grande querelle.
  ABATTRE, signifie quelquefois, Assommer, tuer. Ce boucher abat bien des boeufs. Ce chasseur abat bien du gibier.
  ABATTRE, signifie figurément, Affaiblir, diminuer, abaisser, faire perdre les forces, le courage. Une fièvre continue abat bien un homme. Cette maladie a bien abattu ses forces. Cette perte lui abattit le courage, abattit son courage, sa fierté. La moindre affliction l'abat. Rien n'abat comme une souffrance continuelle. Ne vous laissez pas abattre par la douleur.
  ABATTRE, s'emploie avec le pronom personnel. La violence du choc fut telle que l'arbre, que le mât s'abattit. Ces deux maisons, ces deux puissances sont ennemies, elles font leurs efforts pour s'abattre l'une l'autre.
  Il se dit particulièrement D'un cheval à qui les pieds manquent, et qui tombe tout d'un coup. En galopant, son cheval s'est abattu sous lui. Le terrain est glissant, si vous poussez votre cheval, il s'abattra.
  Il se dit aussi D'un oiseau qui fond, qui descend avec rapidité sur quelque chose. L'épervier s'abattit sur sa proie. Une volée de pigeons s'abattit sur mon champ. On dit dans le même sens, Un orage terrible va s'abattre sur nous.
  Le vent s'abat, s'est abattu, est abattu, Il s'apaise, il s'est apaisé, il est apaisé.
  ABATTU, UE. participe, Aller, courir à bride abattue. Voyez BRIDE.
  Fig., Un visage abattu, Un visage où se peint l'abattement.