Dicoplus le dictionnaire où tous les mots sont cliquables

Définition(s) du mot G

Mots en rapport : Gabeler Gabionner Gâcher Gâcheux Gaffer Gager Gageur Gagner Gai Gaillard
s. m.
  Lettre consonne, la septième de l'alphabet, qu'on nomme Gé, suivant l'appellation ancienne et usuelle, et Ge, suivant la méthode moderne. Un grand G. Un petit g.
  Devant A, O et U, il se prononce dur. Devant E et I, il s'amollit, et se prononce comme J. La différence de ces deux prononciations se remarque dans le mot Gage.
  G avec N, forme une prononciation mouillée, comme dans ces mots, Digne, signal, agneau. Il faut en excepter quelques mots dérivés du grec ou du latin, où la prononciation est plus dure et plus sèche, comme Gnomonique, gnostiques, Progné, agnation, stagnant, igné, ignition.
  G final, suivi d'un mot qui commence par une voyelle, se prononce ordinairement comme un C dur. Un sang aduste. Un long hiver.
  À la fin de certains mots, tels que Seing, étang, il ne se prononce point, même devant une voyelle.
  Il se dit de Certaines embarcations qui vont à voile et à rames, et qui servent à naviguer sur les rivières, à charger et à décharger les bâtiments, etc. La plupart des gabares sont des bateaux plats. Gabare pontée. Charger une gabare. Gabare de pêcheur.
  Il se dit aussi, dans la Marine royale, de Certains bâtiments de charge ou de transport. Les gabares sont à trois mâts, et du port de trois à quatre cents tonneaux.
  GABARE, en termes de Pêche, Espèce de filet qui ne diffère de la seine que par la grandeur.
  Le maître ou patron d'une gabare.
  Il se dit aussi, quelquefois, Des portefaix qui chargent et déchargent les gabares.
  T. de Marine. Modèle de construction sur lequel les charpentiers travaillent, en donnant aux pièces de bois qui doivent entrer dans la composition du bâtiment, la même forme, les mêmes contours et les mêmes proportions en grand, que ces pièces ont en petit dans le modèle. Le gabarit d'un vaisseau. Un bâtiment de tel gabarit est du port de cent, de deux cents, de cinq cents tonneaux. Le gabarit du maître couple, de l'étrave, du gouvernail, etc.
  Il ne s'emploie que dans cette locution familière et peu usitée, Donner de la gabatine à quelqu'un, Le tromper, lui en faire accroire.
  Espace de temps que le sel doit demeurer dans le grenier avant que d'être mis en vente.
  Il signifie aussi, Certaine marque que les commis des greniers mettent parmi le sel, pour reconnaître si le sel est sel de grenier ou sel de faux-saunage.