Dicoplus le dictionnaire où tous les mots sont cliquables

Définition(s) du mot Halbrené

ÉE. adj.
  (H s'aspire.) T. de Fauconnerie. Il se dit D'un oiseau de proie qui a quelques plumes rompues.
  Il signifie, figurément et familièrement, Qui est fatigué, mouillé, déguenillé, en mauvais ordre, en mauvais équipage. Je suis tout halbrené. Dans ce sens, il est vieux.
  (H s'aspire.) Certaine constitution de l'air, chaude et sèche, qui fait impression sur le teint, en le rendant brun et rougeâtre ; sur les herbes à la campagne, en les flétrissant ; et sur le pain, sur la viande, en les desséchant. Le grand hâle. Il fait un grand hâle. Aller au hâle. Les femmes craignent le hâle, sont sujettes au hâle. Elle ne sort point à cause du hâle, de peur du hâle. Cela préserve, cela garde du hâle. Le hâle fane les herbes. Le hâle dessèche la viande.
  Le souffle de la respiration, l'air attiré et repoussé par les poumons. Avoir l'haleine bonne. Avoir l'haleine douce comme un enfant. L'haleine mauvaise, l'haleine forte, l'haleine puante. Haleine aigre. Haleine de malade. Haleine vineuse. Cela adoucit l'haleine, rend l'haleine douce. Cela gâte l'haleine. Ternir un verre, un miroir avec son haleine. Se réchauffer les doigts avec son haleine. Retenir son haleine. Prendre haleine.
  Donner haleine à son cheval, Le mener quelque temps au pas, après l'avoir mené au galop.
  En termes de Manége, Un cheval gros d'haleine, Qui souffle extraordinairement quand il galope, quoiqu'il ne soit pas poussif.
  Poétiq., L'haleine des vents, Le souffle des vents. L'haleine du zéphyr, des zéphyrs.
  Haleine de vent, se dit, dans le langage ordinaire, d'Un petit souffle de vent. Il ne fait pas une haleine de vent.
  HALEINE, se dit aussi de La faculté de respirer. Perdre haleine. Courir à perte d'haleine. Il y a dans ce livre des périodes à perte d'haleine. Être hors d'haleine. Se mettre hors d'haleine.
  Fig., Faire des discours, tenir des discours à perte d'haleine, Faire des discours vains et vagues, et d'une longueur importune.
  Reprendre son haleine, Recommencer à respirer après une interruption accidentelle plus ou moins longue ; et, figurément, Reprendre haleine, Se reposer pour se mettre en état de recommencer à parler, à marcher, à travailler, etc.
  HALEINE, se dit encore de La faculté d'être un certain temps sans respirer. Il faut qu'un plongeur, qu'un coureur ait beaucoup d'haleine. Cet orateur, ce lecteur a beaucoup d'haleine, a une bonne haleine. Ce cheval a beaucoup d'haleine. C'est un cheval d'haleine. Il a peu d'haleine. Il n'a point d'haleine.
  Boire un grand coup tout d'une haleine, Le boire tout d'un trait, sans reprendre haleine.
  Réciter, débiter une tirade, un discours, etc., tout d'une haleine, Sans se reposer, et sans que la mémoire bronche.
  Fig., Tout d'une haleine, Sans intermission. J'ai écrit quatre grandes pages tout d'une haleine. Il a dormi depuis hier au soir jusqu'à ce matin tout d'une haleine.
  Courte haleine, Essoufflement, respiration difficile et fréquente. Avoir la courte haleine. On dit aussi, Avoir l'haleine courte.
  Fig. et fam., Cet auteur a la courte haleine, Il n'a ni facilité ni abondance.
  Fig., Affaire, ouvrage de longue haleine, Affaire de longue discussion, ouvrage qui demande beaucoup de temps. Cela est de longue haleine. Un poëme épique est un ouvrage de longue haleine.
  EN HALEINE. loc. adv. En exercice, en habitude de travailler, de faire bien et facilement quelque chose. Il se dit Des exercices du corps, et De ceux de l'esprit. Il faut tenir les soldats en haleine. Mettre, tenir un cheval en haleine. Quand on veut être bon chasseur, il faut se tenir en haleine. Il fait quelques vers par-ci par-là, pour se tenir en haleine. Pour le mettre en haleine, je lui donnai un long mémoire à copier. En écrivant cet ouvrage, il n'a voulu que se mettre en haleine pour une composition plus importante.
  Fig. et fam., Tenir quelqu'un en haleine, signifie quelquefois, Tenir quelqu'un dans un état d'incertitude mêlé d'espérance et de crainte.
  Être en haleine, Être en train de faire quelque chose. Il faut achever cette besogne, tandis que les ouvriers sont encore en haleine. Il signifie aussi, Être en humeur, en disposition de faire quelque chose. Je ne suis pas en haleine aujourd'hui, je ne me sens pas en haleine, il m'est impossible d'écrire une seule ligne, de faire un seul vers.
  L'air qu'on souffle par la bouche en une seule respiration, lorsqu'il est accompagné d'odeur. Il se prend ordinairement en mauvaise part. Il m'a donné une halenée de vin, d'ail, une dangereuse halenée.
  (H s'aspire.) Sentir l'haleine de quelqu'un. Je ne l'eus pas plutôt halené, que je vis bien qu'il avait pris du vin. Dans ce sens, il est populaire et il vieillit.
  Il se dit aussi Des chiens de chasse qui prennent l'odeur, le sentiment d'une bête. Dès que ses chiens eurent halené la bête.
  Il signifie encore, figurément et familièrement, Découvrir ce qu'une personne a dans l'âme, reconnaître son faible. Dès que ces fripons eurent halené ce jeune homme, ils sentirent qu'il n'était pas leur fait. Dans ce sens, il est vieux ; on dit maintenant, Flairer.
  HALENÉ, ÉE.
  (H s'aspire.) T. de Marine. Tirer à soi avec force, et presque horizontalement, un cordage, ou un objet quelconque à l'aide d'un cordage. Haler un cordage, une manoeuvre. Haler la bouline. Haler un palan. Haler une bouée à bord. Haler des canons dedans.
  Haler à la cordelle, Faire avancer un bâtiment, un bateau le long d'une rivière, d'un canal, etc., au moyen d'une corde tirée ordinairement à force de bras ou par des chevaux. Haler un bateau. Les bateliers criaient, hale, hale.
  Se haler dans le vent, Se diriger le plus près qu'il est possible vers l'endroit d'où vient le vent.
  HALER, dans le langage ordinaire, signifie, Exciter : il ne se dit qu'en parlant Des chiens qu'on excite à se jeter sur quelque autre chien ou sur quelque personne. Haler les chiens après quelqu'un.
  HALÉ, ÉE.
  (H s'aspire.) Faire impression sur le teint en le rendant brun et rougeâtre. Il se dit principalement De l'action du soleil et du grand air sur le teint. Le soleil hâle en été ceux qui voyagent.
  Il s'emploie aussi avec le pronom personnel, et signifie, Être noirci par le hâle. Les dames portaient autrefois des masques, de peur de se hâler.
  HÂLÉ, ÉE. participe, Il est tout hâlé. Elle est toute hâlée. Visage hâlé. Teint hâlé.