Dicoplus le dictionnaire où tous les mots sont cliquables

Définition(s) du mot Hormis

préposition
  Il signifie la même chose que Hors dans le sens d'Excepté. Hormis deux ou trois. Tout y est entré, hormis tels et tels.
  Synonyme de Gnomonique. Voyez GNOMONIQUE.
  Observation qu'on fait de l'état du ciel au moment de la naissance de quelqu'un, et par laquelle les astrologues prétendent juger de ce qui doit arriver au nouveau-né dans le cours de sa vie. Tirer, faire l'horoscope de quelqu'un ; dresser son horoscope. Faiseur d'horoscope. On ne croit plus aux horoscopes. Bon, mauvais horoscope. Fâcheux horoscope. Horoscope favorable.
  Il se dit, figurément et familièrement, de Ce qu'on prédit par simple conjecture sur le sort de quelqu'un ou sur le résultat de quelque chose. Je vais dresser votre horoscope. L'horoscope de ce libertin n'est pas difficile à tirer ; on peut prédire qu'il finira ses jours à l'hôpital. Cette entreprise n'a pas réussi, j'en avais fait l'horoscope.
  (On prononce les deux R.) Mouvement de l'âme accompagné de frémissement, et causé par quelque chose d'affreux, de révoltant ou de terrible. Je frémis d'horreur. Être saisi d'horreur. Pâlir d'horreur. Ce spectacle nous glaça d'horreur. Un cri d'horreur. J'ai horreur de le dire. Cela fait horreur. Vous me faites horreur. Cela fait horreur à penser. On n'y saurait penser sans horreur, qu'avec horreur. L'horreur de la mort, l'horreur du supplice ébranla son courage.
  L'horreur d'un supplice, signifie aussi, La cruauté d'un supplice. L'horreur d'un tel supplice, l'horreur de ces tourments n'émut point son courage.
  Fam., Cela fait horreur, est à faire horreur, se dit, par exagération, D'une chose extrêmement laide dans son genre, ou faite sans goût, sans habileté.
  Fam., C'est une horreur, se dit D'une personne extrêmement laide. Vous disiez que c'était une jolie femme, c'est une horreur. Il se dit également D'une chose extrêmement laide ou défectueuse dans son genre. Vous vantiez ce logement comme agréable et commode, mais c'est une horreur.
  Fam., Fi ! l'horreur ! se dit quelquefois, Lorsqu'on veut marquer la répugnance qu'on a pour quelqu'un ou pour quelque chose.
  C'est une belle horreur, se dit Des choses qui font éprouver un sentiment d'effroi mêlé d'admiration, comme une grande tempête, un vaste incendie, etc.
  HORREUR, signifie aussi, Détestation, abomination, haine violente. Avoir horreur du vice, du péché. Avoir, concevoir de l'horreur pour quelqu'un, pour quelque chose. Avoir, prendre une chose en horreur. Inspirer l'horreur du vice. On ne saurait inspirer trop d'horreur pour le mensonge. C'est un objet d'horreur.
  Être en horreur à quelqu'un, être l'horreur de quelqu'un, Lui inspirer une haine mêlée d'horreur. Ce tyran est en horreur à toute la terre. L'existence lui est en horreur. Il est l'horreur de ses semblables. C'est l'horreur du genre humain.
  HORREUR, signifie encore, Un certain saisissement de crainte ou de respect. En entrant dans cette forêt, on sent, on éprouve une certaine horreur, une secrète horreur. Quand on entre dans cette église, on est saisi d'une sainte horreur, d'une horreur religieuse. Une divine horreur s'emparait de la prêtresse.
  Il se dit également de Ce qu'ont d'horrible, d'effrayant ou de sinistre certains lieux ou certains objets. L'horreur d'un cachot. Dans l'horreur des ténèbres. L'horreur de la solitude. L'horreur des combats. Partout régnaient le carnage et l'horreur. Un silence plein d'horreur. Quel spectacle d'horreur !
  Il se dit aussi figurément, en ce dernier sens. Il comprit alors toute l'horreur de sa situation. Quand vous connaîtrez toute l'horreur de ma misère. Pour comble d'horreur.
  Il se dit souvent, au pluriel, Des choses horribles ou désastreuses, des maux extrêmes, des privations cruelles, etc. Les horreurs de la guerre. Les horreurs du carnage. Les horreurs de la captivité. Cette ville éprouva toutes les horreurs de la famine. Être en proie aux horreurs de la misère.
  Les horreurs de la mort, Les angoisses que l'on éprouve ordinairement au moment de mourir. Au milieu des horreurs de la mort, il souriait encore à ses amis.
  HORREUR, se prend encore pour L'énormité d'une mauvaise action, d'une action cruelle, infâme, etc. L'horreur du crime, du vice, du péché, est telle que... Pour vous faire comprendre l'horreur de cette action, il suffit de dire que...
  Il se dit également Des choses mêmes qui sont atroces, infâmes, etc. Ce qu'il a fait est une horreur. La vie de ce tyran n'est qu'un tissu d'horreurs. Le récit de tant d'horreurs épouvante. Il a fait, il a dit, il a vomi des horreurs, mille horreurs. On prétend qu'il se commet des horreurs dans ce lieu-là. De telles horreurs se conçoivent à peine.
  Il se dit, particulièrement, Des choses déshonorantes qu'on attribue à quelqu'un ; et alors il s'emploie toujours au pluriel. On m'a dit des horreurs de cet homme-là. Ces deux hommes publient des horreurs l'un contre l'autre.
  (On prononce les deux R.) Qui fait horreur, qui soulève, qui révolte. Laideur horrible. Objet horrible. Cela est horrible à voir, Cela est horrible. Cette mort est horrible. Une horrible cruauté. Une horrible méchanceté. Supplice horrible. Monstre horrible. Action horrible. Pensée horrible. Votre conduite est horrible.
  Il signifie quelquefois, Très-mauvais. Les chemins sont horribles. Il fait un temps horrible.
  Il signifie encore, Extrême, excessif ; et il ne se dit que De certaines choses, mauvaises ou bonnes, qui excèdent les bornes ordinaires. Il a fait une horrible faute. Il est dans une inquiétude horrible. Faire une horrible dépense. Il fait un froid horrible.
  (On prononce les deux R.) D'une manière horrible. Cet homme est horriblement défiguré. Cette femme est horriblement laide. Il s'est horriblement conduit à mon égard.
  Il se prend quelquefois pour Extrêmement, excessivement. Il y avait une grande foule, et on y était horriblement pressé. Il a souffert horriblement. Il est horriblement fâché contre vous.
  (On prononce les deux R.) T. de Médec. Frissonnement accompagné de froid, qui fait hérisser les poils.
  (H s'aspire.) Préposition de lieu, servant à marquer exclusion du lieu et des choses qui sont considérées comme ayant quelque rapport au lieu. Hors de la ville. Hors du royaume. Hors d'ici. Hors de là. Hors de la maison. Être hors de chez soi. Hors de la prison. Hors de l'eau. Être hors de sa place. Hors de rang. Hors de ligne. Ils sont hors de table. Parler hors de son rang. Un domestique qui est hors de condition. Être hors de la portée du canon, du mousquet, hors d'atteinte, etc. Une place qui est hors d'insulte.
  Elliptiq., Hors d'ici, Sortez d'ici. Hors d'ici, canaille.
  Dans certaines façons de parler familières, on l'emploie sans la particule de. Ainsi on dit, Il est logé hors la barrière.
  Être hors de page, Avoir accompli le temps de son service dans les pages ; et, figurément et familièrement, Être tout à fait son maître. Il n'est plus en puissance de tuteur, il est hors de page. On dit de même : Il s'est mis hors de page. On l'a mis hors de page. Etc.
  Substantiv., Le hors de page, La récompense accordée aux pages qui sortaient de service.
  En Joaillerie, Ce diamant, ce rubis, etc., est hors d'oeuvre, hors de l'oeuvre, se dit D'un diamant, etc., qui n'est pas encore monté, ou qui est sorti de sa monture.
  En Archit., Hors d'oeuvre, se dit en parlant D'une pièce qui est en saillie, qui est détachée du corps d'un bâtiment, et qui ne fait pas partie de l'ordonnance générale. Un cabinet hors d'oeuvre. (Voyez plus bas Hors-d'oeuvre, substantif.)
  Hors d'oeuvre, se dit aussi en parlant De la mesure d'un bâtiment, prise depuis l'angle extérieur d'un mur jusqu'à l'angle extérieur de l'autre mur. Ce bâtiment a tant de toises et de pieds hors d'oeuvre. Dans ce sens, on dit aussi, Hors oeuvre.
  Hors d'oeuvre, se dit figurément, dans le langage ordinaire, en parlant Des choses qui, dans un ouvrage de littérature ou d'art, ne font point partie essentielle du sujet, qu'on semble avoir ajoutées après coup, et qu'on pourrait retrancher sans nuire à l'ensemble. Cette description est hors d'oeuvre. C'est une chose hors d'oeuvre dans son tableau que ce groupe, que cette figure.
  Il s'emploie quelquefois substantivement, tant au propre qu'au figuré ; et alors on joint les deux mots par un tiret. Cette partie de l'édifice est un hors-d'oeuvre. Cet épisode est un hors-d'oeuvre. Les hors-d'oeuvre plaisent quelquefois, mais il y en a trop dans cet ouvrage.
  Hors-d'oeuvre, substantif, est aussi un terme de Cuisine, qui se dit de Certains mets qu'on sert avec le potage. On servit plusieurs hors-d'oeuvre. Ce hors-d'oeuvre est fort appétissant. Les radis, les figues, le beurre, les anchois, le melon, etc., se servent en hors-d'oeuvre.
  En termes de Palais, Mettre hors de cour, hors de cour et de procès, Renvoyer les parties, ou une des parties, comme n'y ayant pas lieu de prononcer juridiquement, comme n'y ayant pas sujet de plaider. Autrefois, en matière criminelle, la locution Hors de cour, signifiait qu'Il n'y avait pas assez de preuves pour asseoir une condamnation. On dit aussi, Mettre hors de cause, Déclarer qu'une personne ne doit point être partie au procès. Il fut mis hors de cause. Et dans un sens analogue, Être hors de cause.
  Substantiv., Un hors de cour, Un jugement qui met hors de cour. Prononcer un hors de cour. Cette locution a vieilli.
  Mettre quelqu'un hors la loi. Formule qui a été employée dans des actes arbitraires par lesquels on proscrivait, en telle sorte que les proscrits devaient être envoyés au supplice sans jugement, dès que leur identité avait été reconnue. Un gouvernement qui met hors la loi est un gouvernement tyrannique.
  HORS, s'emploie aussi, en parlant De plusieurs choses, sans rapport au lieu, et marque toujours exclusion de la chose indiquée par le complément. Être hors de son bon sens. Hors d'embarras. Hors d'intrigue. Hors de difficulté. Hors de danger, de péril, etc. Il est hors d'état de nuire. Hors de garde. Hors de cadence. Hors de mesure. Hors de proportion. Hors de pair ou du pair. Cela est hors de mode. Être hors de soupçon. Hors de doute. Hors d'haleine. Hors de propos. Tout est hors de prix.
  Être hors de soi, se dit D'une personne violement agitée par quelque passion. Il est hors de lui. On dit aussi, Cela le met hors de lui.
  Ce malade est hors d'affaire, Il ne court plus aucun danger.
  Être hors de combat, N'être plus en état de combattre. On dit aussi, Mettre quelqu'un hors de combat. Ces deux phrases s'emploient au propre et au figuré.
  Être hors de service, N'être plus en état de servir. Cet habit est tout à fait hors de service.
  HORS, est quelquefois préposition de temps, et sert à marquer exclusion du temps. Cela est hors de saison. Nous voilà hors de l'hiver.
  HORS, signifie encore, Excepté. Ils y sont tous allés, hors deux ou trois. Hors cela, je suis de votre sentiment.
  Il s'emploie, dans ce sens, devant les verbes à l'infinitif avec la préposition de, et devant les autres modes des verbes avec la particule que. Hors de le battre, il ne pouvait le traiter plus mal. Il lui a fait toutes sortes de mauvais traitements, hors qu'il ne l'a pas battu.
  T. de Botan. Arbrisseau du Japon, qui est cultivé comme plante d'agrément : il porte des fleurs d'un rose tendre, qui naissent, à l'extrémité des rameaux, en boules, en corymbes touffus. Cultiver des hortensias.
  Celui qui s'occupe de perfectionner la culture des jardins.
  L'art de cultiver les jardins. Traité d'horticulture.
  Maison où des religieux donnent l'hospitalité aux pèlerins, aux voyageurs. L'hospice du mont Saint-Bernard.
  Il se disait, particulièrement, d'Une petite maison religieuse établie pour recevoir les religieux du même ordre qui voyageaient, et où il n'y avait pas assez de religieux pour faire régulièrement le service.
  Il se disait également d'Une maison bâtie dans une grande ville pour y retirer pendant la guerre les religieux ou les religieuses des couvents bâtis dans la campagne. L'hospice de Lille. L'hospice d'Anchin à Tournai.
  Donner l'hospice à quelqu'un, Le recevoir chez soi. Cette phrase a vieilli.
  HOSPICE, se dit plus ordinairement, aujourd'hui, de Certaines maisons de charité où l'on nourrit des pauvres, des gens hors d'état de gagner leur vie, à cause de leur âge ou de leurs infirmités. Les hospices civils. L'administration des hospices. Hospice de la vieillesse. Hospice des incurables. Hospice des enfants trouvés. Hospice des aliénés. Etc.