Dicoplus le dictionnaire où tous les mots sont cliquables

Définition(s) du mot Rabattre

v. a.
  (Il se conjugue comme Battre.) Rabaisser, faire descendre. Rabattre ses cheveux sur son front. Le vent rabat la fumée. On le joint quelquefois au pronom personnel. La fumée se rabat. Un col de chemise qui se rabat (qui retombe) sur les épaules.
  En termes d'Escrime, Rabattre un coup, Le détourner, le rompre en rabaissant le fer de son ennemi. On lui porta un coup d'épée, et il le rabattit.
  Fig. et fam., Rabattre les coups, Adoucir, apaiser des gens aigris les uns contre les autres. Il entra comme ils se querellaient, et il rabattit bien des coups. Cela se dit aussi en parlant Des bons offices qu'on rend auprès d'un homme puissant, à quelqu'un contre qui il était prévenu. Le ministre était fort irrité contre lui, et on a bien eu de la peine à rabattre les coups.
  Rabattre les plis, les coutures d'un habit, d'une robe, Les aplatir.
  En termes de Labourage, Rabattre les avoines, Faire passer un rouleau sur les avoines déjà levées, pour aplanir la terre.
  Rabattre les ornières, les sillons, Les remplir de la terre qui s'est élevée au bord.
  Rabattre un arbre, Le couper de manière qu'il ne soit plus aussi élevé. On dit de même, Rabattre une branche, afin que la partie conservée produise un rameau plus vigoureux.
  RABATTRE, s'emploie figurément, et signifie, Abaisser, réprimer. Rabattre l'orgueil, la hauteur, le ton, la fierté de quelqu'un. Il lui a bien rabattu son caquet. Ce dernier exemple est familier.
  RABATTRE, signifie aussi, Diminuer, retrancher de la valeur d'une chose, et du prix qu'on en demande. Il faut rabattre beaucoup du prix que vous demandez. Combien en voulez-vous rabattre ? Un marchand qui vend sa marchandise sans en rien rabattre. Il n'en rabattrait pas un sou.
  Il s'emploie au sens moral. Rabattre de l'estime qu'on avait pour quelqu'un. Il y a beaucoup à rabattre de ce qu'il dit. J'en rabats moitié. J'en rabats de moitié. J'en rabats la moitié.
  Il n'en veut rien rabattre, se dit D'un homme qui, dans une affaire, ne veut rien diminuer de ses prétentions.
  Fam., J'en rabats beaucoup, se dit en parlant D'une personne qui a donné lieu de l'estimer moins qu'on ne faisait auparavant.
  En termes de Palais, Rabattre un défaut, se dit Lorsque à l'audience le juge révoque le défaut qu'il avait donné contre une des parties, faute par elle d'avoir comparu. Il se présenta à l'audience, et fit rabattre le défaut qui avait été obtenu contre lui.
  En termes de Manége, Rabattre les courbettes, se dit Lorsqu'on force un cheval qui travaille à courbettes, de poser à terre, en un seul et même temps, les deux pieds de derrière. Un cheval qui rabat bien ses courbettes.
  En termes de Chasse, Rabattre le gibier, Battre la campagne, pour rassembler le gibier dans l'endroit où sont les chasseurs. Il s'est fait rabattre le gibier. On lui a rabattu le gibier.
  RABATTRE, est aussi neutre, et alors il signifie, Quitter un chemin, et se détourner tout d'un coup pour passer dans un autre. Quand vous serez en tel lieu, vous rabattrez à main droite. Il faut rabattre par tel endroit.
  Il s'emploie, dans le même sens, avec le pronom personnel. Les perdrix se sont rabattues dans cette pièce de blé, Elles s'y sont remises, retirées. L'armée, après divers mouvements, se rabattit sur telle place, Elle quitta tout d'un coup la route qu'elle tenait, pour se porter au siége de cette place.
  Il se dit aussi, au sens moral, De celui qui, après avoir parlé de quelque matière, change tout d'un coup de propos. Après avoir parlé quelque temps de choses indifférentes, il se rabattit sur la politique.
  Il signifie encore, Se borner, se restreindre. Après avoir exigé telles et telles conditions, il se rabattit à demander simplement que...
  RABATTU, UE. participe, Épée rabattue, Épée qui n'a ni pointe ni tranchant.
  Dames rabattues, Sorte de jeu qu'on joue sur le tablier d'un trictrac avec les dés et les dames. Jouer aux dames rabattues.
  Prov., Tout compté, tout rabattu, ou Tout bien compté et rabattu, Tout bien examiné.